GERALD PANIGHI

"Bien sûr  en voyant pour la première fois les petites vignettes de Gérald Panighi envahissant tout un mur avec une certaine désinvolture comme s’il ne s’agissait que de banals post it, mon regard s’est égaré sur cette atomisation étourdissante. C’est qu’il y a voir et à lire dans l’oeuvre de Gérald.  Immédiatement, mais c’est certainement un peu idiot, je me suis dit qu’il avait dû se repaître de pas mal de Strange comme beaucoup de garçons de sa génération et peut être même tomber dans son enfance sur des numéros traumatisants de “Détective” dans lesquels les coups portés, en dépit de l’hyper-expressivité des individus dessinés par Angelo Di Marco, ne génèrent pas que des onomatopés. A cette époque lointaine de sa vie, il est peut-être aussi demeuré assez perplexe devant le  ” Ceci n’est pas une pipe” de Magritte, une anti-tautologie si séduisante, après tout…Si la représentation n’est pas le réel, la dissociation conjuguée sur le mode cher aux surréalistes possède un charme encore plus abscons. Rien de plus énigmatiquement ensorcelant que ce dysfonctionnement assumé de l’image. On l’a apprécié chez Magritte comme on l’a vénéré dans les années 80, dans le monde plus trivial de l’illustration chez Glenn Baxter….L’absurde est la réponse occlusive à toutes les spéculations dérisoires et c’est bien précisemment cela qui parvient à être délicieusement jouissif sans jamais suinter la moindre prétention dans les créations de Gérald Panighi."

M. Goarant

Catherine Macchi de Vilhena, critique très avisée que j’affectionne particulièrement vous dissèque tout cela ici :

http://documentsdartistes.org/cgi-bin/site/affiche_art_web.cgi?&ACT=8&ENGLISH=0&ID=248